• Question ?

    Thank you for you message

    Merci pour votre message ! Thank you for your message!

    error key Required fields not completed correctly.

    1. Contactez-nous | Please contact us...
    2. Votre texte | Your text
    3. Required fields *
  • Nos coordonnées

    Amenity
    4 rue du Château
    59200 TOURCOING
    FRANCE

    Tel : +33 (0)9 64 43 72 72

    Email : contact@amenity.fr

Ce que les autres mères travaillant à domicile ont à dire

par Noemi Ripert
Click here for english version

Dans mes deux articles précèdent, j’ai exposé les joies et difficultés d’être une mère travaillant à domicile. A travers cet article je tiens à exposer les différents points de vue d’autres mères qui travaillent, également depuis la maison ou qui sont basées dans un bureau, en commençant par quelques chiffres et statistiques.

Vous remarquerez peut-être une différence d’opinion en fonction de la nationalité des mères, mais ce qu’elles ont toutes en commun, c’est la volonté de faire au mieux dans leur situation, malgré la difficulté pour certaines de faire garder leurs enfants et le coût que cela engendre. C’est ce sujet que toutes les mères qui travaillent peuvent partager lorsqu’elles ont des enfants en bas âge, trop jeunes encore pour aller à l’école.

Selon l’Office Nationale des Statistiques du Royaume Uni (British Office for National Statistics), parmi les mères qui travaillent, beaucoup plus travaillent à temps plein qu’à mi-temps. Il y a plus de dix ans, en 1996, les statistiques démontraient que 23% des mères travaillaient à temps plein tandis qu’à la fin de l’année 2011, le nombre a augmenté de 7%. En Mars 2011, les chiffres montraient qu’il y avait alors un peu moins de 1% de différence entre les mamans qui travaillent et les femmes sans enfants qui travaillent.

Au début de l’année les statistiques démontraient que beaucoup de femmes ayant des enfants en bas âge retournaient travailler à temps plein, en partie dû à la crise économique actuelle. Plus de 150.000 mères ayant des enfants de moins de cinq ans travaillent cinq jours par semaine.

Entre Janvier et Mars 2013 les statistiques officielles nous ont montré que le nombre de mères au foyer a diminué: moins de 40.000 femmes s’occupaient de leur famille et de leur foyer, celles-ci souhaitant retourner au travail après leur congé de maternité.

De plus, une nouvelle tendance a également été observée au cours des dernières années: en effet les mères veulent reprendre leur activité professionnelle, mais très souvent elles parviennent à trouver un accord avec leur employeur et travaillent à domicile, du moins à mi-temps. Et, ce faisant, ces mères arrivent encore à combiner les deux, leur vie professionnelle et leur vie de famille.

Comment trouver le bon équilibre entre vie professionnelle et vie de famille

Parmi les mères interrogées, j’ai pu déduire de leurs réponses qu’elles ont toutes trouvé, d’une manière ou d’une autre, le juste équilibre entre leur vie familiale et leur vie professionnelle une fois de retour au travail après leur congé de maternité. Pour certaines, travailler est une nécessité, non pas seulement pour des raisons financières, mais plutôt pour leur propre bien et leur épanouissement personnel. Leur souhait de poursuivre une activité professionnelle est encouragé par le besoin d’avoir leur propre indépendance et de réussir, recherchant ainsi une certaine satisfaction et un accomplissement personnel.

« Mon travail m’apporte un réel épanouissement. Une maman épanouie dans son travail est une maman épanouie avec ses enfants, son mari et sa famille », nous confie Isabelle, « Planning Manager », travaillant à temps plein depuis chez elle. Tout comme Sylvie, coordonnatrice de projet, travaillant également à temps plein depuis la maison. Elle ressent vraiment la nécessité de travailler et dès son retour de congé de maternité, Sylvie était très heureuse de pouvoir « recommencer à utiliser son cerveau ». « Je n’aurais jamais imaginé de ne pas travailler du tout. Travailler fait partie de mon équilibre entre ma vie de famille et ma vie professionnelle : cela fait partie de mon épanouissement personnel ».

Pour la plupart des mères qui travaillent et que je connais, travailler leur donne un sentiment d’accomplissement, tout comme me l’explique ma très bonne amie Jennifer: « J’aime quitter la maison le matin, j’aime devoir m’habiller élégamment et être présentable pour aller au bureau, et j’aime avoir ce sentiment de satisfaction et de réussite dans les tâches que j’ai accomplies au cours de la journée comme prévu, avec le temps requis nécessaire et de pouvoir me concentrer sans être constamment dérangée ! »

Donc dans l’ensemble, pour ces mères qui travaillent, le fait de trouver le bon équilibre entre vie professionnelle et vie de famille en reprenant leur activité professionnelle aboutit à un environnement familial heureux et plus de moments de qualité passés avec leurs enfants et leurs maris.

Comment jongler entre vie professionnelle et vie de famille

Il est évident que ce genre d’engagement – travailler – ne va pas sans difficultés. C’est là que jongler devient tout un art, un art que tant de mères pratiquent. Pour la plupart, il s’agit d’être capable de jongler avec toutes les responsabilités qui leur sont imparties à la fois. Dès que vous quittez le travail, vous avez d’autres tâches qui vous attendent à la maison. Et la principale difficulté partagée avec toutes les mamans est le manque de temps pour tout faire. « Ma principale difficulté est d’avoir le temps de rentrer à la maison, préparer le repas, passer du temps avec mon fils et de trouver également le temps de faire un peu d’exercice », explique Rachael, travaillant trois jours par semaine pour les ambulances. Et Sarah, travaillant quatre jours par semaine comme comptable, confie: «ma plus grande difficulté est la gestion du temps et de résoudre certains problèmes maintenant que mes priorités ont changé ».

Pour les mamans qui travaillent à domicile séparer vie professionnelle et vie familiale est l’une des principales difficultés qu’elles rencontrent. Sylvie affirme que suivre une certaine discipline est la clé: « Il faut arriver à faire la distinction entre les deux et arriver à suivre une routine et la respecter ». Et je suis totalement d’accord.

Pour Isabelle « il faut donc être armée de patience, d’une bonne dose de vitamines, de courage, de bonne humeur et d’un sourire, sinon le conflit peut vite arriver ».

La pression et les difficultés peuvent différer pour les mères qui travaillent dans un bureau, mais elles ont quand même du mal à gérer à la fois le travail et la vie familiale. Les responsabilités sont les mêmes, mais pour Jennifer par exemple, travaillant à temps plein comme assistante de direction : « Quand votre enfant est malade, vous vous sentez coupable de ne pas être là pour vous occuper de lui et vous vous sentez aussi coupable de devoir quitter votre travail. Vous manquez à certaines étapes clés dans le développement de votre enfant, physique et intellectuel ».

Trouver une harmonie au sein du ménage

Quand j’ai posé la question: « Comment naviguez-vous entre les besoins de votre famille, les tâches ménagères qui semblent toujours s’accumuler et votre travail ? », la réponse était plutôt évidente pour chacune: les tâches doivent être équitablement partagées.

« Les rôles dans notre famille sont assez bien répartis entre mon mari et moi. Nous savons chacun ce que nous devons faire pour être à jour de nos tâches quotidiennes », explique Sarah. Quant à Rachael « les tâches ménagères sont généralement répartis de façon équitable à la maison ».

Pour Isabelle « il faut être organisée et avoir l’aide de chaque membre de la famille. C’est indispensable voire vital pour l’équilibre familial » Et il en est de même pour Sylvie. Toutes les tâches ménagères sont équitablement partagées entre elle et son mari. Elle ajoute également en riant « J’ai même transformé ma pause-café en pause lessive ». Ce qui fera surement sourire d’autres mamans reconnaissant qu’elles font la même chose. Pour d’autres, cela peut encore rester une difficulté à surmonter: « c’est un domaine où j’ai vraiment du mal. Je pense qu’il nous manque une routine » nous confie Jennifer.

Je dois admettre moi-même que je ne trouve pas ça facile de jongler avec toutes ces responsabilités et il est bien évident que je ne demande pas assez d’aide à mon partenaire. Mais je dois également reconnaitre qu’il fait de très longues journées à lui seul et je trouverais plutôt difficile et délicat de lui solliciter son aide avec le ménage par exemple passé dix heures du soir !

C’est finalement peut-être un soulagement pour nous toutes, mères travailleuses, de lire que dans l’ensemble nous sommes toutes logées à la même enseigne. Batailler avec la routine quotidienne dans l’espoir de cocher toutes les cases de notre liste de tâches à la fin de la semaine, est un sentiment commun et partagé. Mais au final, nous finissons toujours par réussir. Tout comme Isabelle nous a confié, avec le sourire, « nous y arrivons ! ».

Laisser un commentaire | Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée | Your email address will not be published

Required fields *